Balades en Balagne

Au nord-ouest de la Corse, la Balagne a tout pour plaire : un littoral ourlé de plages et de criques édéniques, un arrière-pays montagneux où se nichent des villages perchés de caractère, et de savoureux produits du terroir.

Que ce soit la première ou la dixième fois, lorsqu’on débarque à Calvi, l’émotion est intacte. Depuis la citadelle génoise, qui surplombe la capitale de la Balagne, le regard glisse sur l’eau limpide de la Méditerranée, rencontre une large baie ourlée de plages et de pinèdes, accroche la tâche plus claire d’un village perché, et vient buter contre une imposante barrière rocheuse aux cimes enneigées. La montagne dans la mer, selon la formule consacrée pour décrire l’Île de Beauté. Mais la Balagne est bien plus qu’un paysage de carte postale, c’est un petit pays de Corse qui a une âme. Cette personnalité, elle le doit à son isolement : coincée entre le désert des Agriates au Nord, un amphithéâtre de montagnes au Sud et à l’Est, la Balagne n’est ouverte qu’à l’Ouest, sur la mer. C’est d’ailleurs par là que sont arrivés les envahisseurs, principalement les Gênois qui occupèrent l’île pendant six siècles… Voilà pourquoi les villages sont tous construits en altitude, à part Calvi, L’Ile Rousse et Algajola, protégés par des citadelles ou des forts.

Calvi
Citadelle de Calvi

Le jardin de la Corse

Commencez par explorer le littoral de cette belle région, surnommée le « jardin de la Corse », en raison de sa forte tradition agricole et pastorale. A Lumio, grimpez à Occi (30 min de marche) pour découvrir cet incroyable village fantôme, abandonné au XIXème s. Vous croiserez peut-être un troupeau de mouton et son berger. Avec le lait des brebis, ils confectionnent un fromage au goût…corsé, et le fameux brocciu qui, servi en tarte avec du citron, donne un délicieux dessert, le fiadone. Tout le littoral de la Balagne est ourlé de belles plages. Pour vous baigner, prenez le « métro des plages », une antique micheline qui s’arrête devant toutes les plages. Celles autour de l’Île-Rousse (Bodri, Ghjunchitu) sont magnifiques : avec une mer turquoise qui vient lécher le sable blanc immaculé, on se croirait au bord d’un lagon polynésien !

Village abandonné d’Occi, à Lumio
Troupeau de moutons
Moutons vers Sant’ Antonino
Berger vers Sant’ Antonino
Bergers trayant les brebis
Traite des brebis

Un collier de villages perchés

Il faut partir à la découverte de ces villages perchés pour connaître le vrai visage de la Balagne. D’abord, on ne peut s’empêcher de les prendre tous en photo. Au sommet d’un piton rocheux ou entourées de vergers, c’est un grand plaisir de voir apparaître ces maisons blotties les unes contre les autres, des toits ocres desquels émerge toujours le clocher d’une église. A vol d’oiseau, ces villages ne sont pas très éloignés les uns des autres. C’est à se demander s’ils n’ont pas été construits pour être à portée de voix… corse, bien sûr, et l’on imagine les villageois se donner des nouvelles de clocher en clocher, se forgeant ainsi une voix magnifique… Quelle qu’en soit l’origine, la passion du chant est bien présente en Balagne. Si vous n’avez pas la chance de rencontrer sur la place d’un village ou dans un café des hommes se tenant par les épaules en unissant leurs voix dans une polyphonie d’une beauté saisissante, vous pourrez toujours les écouter en CD. C’est fou comme on apprécie cette musique en musardant sur les routes balanines !

Belgodère
Zilia
Zilia

Pigna est un ravissant village dont les maisons restaurées sont reliées par des ruelles pavées labyrinthiques, menant aux nombreuses échoppes d’artisans qui ont élu domicile dans ce village dédié à l’art et à la musique. Facteur d’orgue, luthier, fabricant de boîtes à musique, mais aussi potier, graveur, ébéniste, ont leurs portes ouvertes sur leur atelier, et reçoivent avec enthousiasme les visiteurs. Une ancienne maison de maître a été reconvertie en « Casa musicale », auberge de charme et de caractère remplie d’instruments, accueillant souvent des concerts.

Pigna

L’or liquide de la Balagne

La cuisine corse est riche de produits du terroir : charcuterie de montagne (voir mon article dans la rubrique « produits de terroir »), fromage de brebis, farine de châtaignes, et, bien sûr, l’huile d’olive (tous produits que l’on peut acheter à la casa Savelli de Pigna). La culture de l’olivier a décliné dans cette région, mais il reste quelques mouliniers obtenant encore à l’ancienne, sur d’antiques pressoirs, cette huile d’olive vierge qui, même si elle n’est plus l’or liquide qui a fait la prospérité de la Balagne, en a la couleur et la pureté. A la saison de la récolte (de décembre à avril), certaines oliveraies sont tapissées de grands filets de couleur, où tombent naturellement les fruits mûrs. Les olives sont triées, puis vont au pressoir. Celui de U Mulinu, à Feliceto, est tri-centenaire, et Jo Ambrosini fait toujours une huile vierge parfumée qu’il sert dans son auberge.

Oliveraie vers Calenzana
Olivier
Récolte des olives vers Pigna
Joseph Ambrosini récolte ses olives
Au pressoir U Mulinu, à Feliceto
Papy corse au pressoir U Mulinu
Joseph Ambrosini, moulinier

Le paradis de la randonnée

Enivrés par l’odeur du maquis, sillonnez les routes en lacet, étroites mais bien entretenues, fils serpentins épars d’un collier dont les perles sont les villages de montagne. Parmi ceux-ci, ne pas manquer de monter à Sant’Antonino, nid d’aigle médiéval qui domine la Balagne ; passer par Aregno pour voir son église romane ; par Speloncato pour prendre un verre en terrasse sur sa mignonne place entourant une fontaine où se retrouvent les anciens ; par Montemaggiore pour son point de vue panoramique époustouflant… Sans oublier Calenzana, situé à la limite du parc naturel régional, et point de départ du fameux GR 20. Du parking de la Maison Forestière, une balade facile permet d’aller au refuge de Carozzu (5 heures de marche aller-retour) dans le cirque de Bonifatu, espace minéral grandiose dont les aiguilles de granit roux sont le domaine des mouflons. Le sentier est sous un couvert de pins maritimes, laricios et de chênes verts, et suit la Spamisata, une rivière dans les vasques claires de laquelle on peut se rafraîchir à tout moment. Bien d’autres randonnées peuvent être faites à partir des chemins reliant les villages de Balagne, mais il faut se munir d’une carte IGN au 25000ème, car ils ne sont pas tous balisés. Ce qui est formidable, c’est qu’il est possible de faire ces balades dans la journée, tout en restant basé à Calvi ou à l’Ile Rousse. En rentrant, on peut encore profiter des plages et des eaux limpides de la Méditerranée. La mer à la montagne ? C’est en Corse, c’est en Balagne !

Route vers Montemaggiore
Montemaggiore
A Speloncato
Sant’Antonino
Eglise à Sant’Antonino
Aregno
Eglise de la Trinité d’Aregno
Sentier des Mouflons au cirque de Bonifatu
Pont suspendu au-dessus de la Spamisata au cirque de Bonifatu

Pratique

Y aller : Calvi par avion avec Air Corsica ou Air France (à partir de 200 € A/R) et l’Île-Rousse par ferry avec Corsica Linea ou Corsica Ferries depuis Marseille, Toulon ou Nice (à partir de 250 € pour 4 p A/R, avec une voiture).

Bonnes adresses :

Le Cyrnéa (3*), à Calvi : au calme à 400 m de la plage, hôtel à prix doux avec piscine et ch familiales,  à partir de 90 € la ch double.

La Pietra (3*) à l’Île-Rousse : situation exceptionnelle, sur un rocher en bord de mer. A partir de 93 € la ch.

La Casa musicale, à Pigna : hôtel-restaurant aux chambres à partir de 60 €, et à la cuisine de terroir.

U Mulinu, à Feliceto : auberge rustique et moulin à huile d’olive, avec chants corses.

A ramener : Oru di Balagna (l’or de la Balagne), une huile d’olive haut de gamme produite par la coopérative oléicole de Corbara.

Dates à retenir (hors covid) :

  • en juillet : Festivoce (festival de voix corses et du monde) à Pigna
  • en septembre : Rencontres polyphoniques de Calvi
  • en octobre : Festiventu à Calvi : le vent sous toutes ses formes.

A lire : Le Petit Futé « Corse »

Se renseigner : http://www.balagne-corsica.com

NB : les photos de cet article sont des diapos numérisées par mes soins. Même si elles datent un peu, le texte est actualisé, et toutes les adresses sont vérifiées.

Ane au pied du couvent de Tuani

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s