Régalez-vous à Oléron !

Oléron

L’île charentaise séduit par son harmonieux équilibre entre tourisme balnéaire et activités agricoles : à vous les belles plages, les balades à vélo, et les bons produits du terroir !

 

Ce n’est pas parce que l’on se met en maillot de bain sur les plages, que l’été doit ressembler à un désert gastronomique. Une demi-douzaine d’huîtres et un poisson grillé accompagné d’un bon petit vin blanc, auront moins d’effets sur votre silhouette qu’un sandwich-frites ou des beignets avalées avec un soda ! Oléron est l’endroit idéal pour passer une semaine ou deux à la plage, tout en variant les plaisirs gustatifs sans complexe et sans se ruiner. Tout d’abord avec l’huître locale, la Marennes-Oléron (ma reine Oléron !), qui s’affine dans des claires d’où elle tire sa saveur si particulière. En se baladant dans l’île à vélo, vous longerez ces pièces d’eau qui se vident et se remplissent au gré des marées, et qui reflètent la couleur du ciel. Vous apprendrez à les différencier des vrais marais salants, repérables aux petites pyramides étincelantes amassées par les sauniers avec leurs grands râteaux de bois. C’est sans doute cet échiquier de lumière qui a fait surnommer Oléron « l’île lumineuse »… Un terme que ne renierait pas Pierre Loti, qui l’a célébrée dans ses romans, ni les peintres ou les artisans d’art qui ont investi les cabanes mises à leurs dispositions par plusieurs communes de l’île. Au canal de la Baudissière, par exemple, ces anciennes cabanes ostréicoles, repeintes de couleurs vives, donnent un charme fou à un paysage qui pourrait paraître austère. N’hésitez pas à pousser la porte de ces ateliers pour admirer (et acheter) ces créations d’artistes, qu’elles soient faites à partir de cuir, de céramique, de bois, de métal ou même de coquillages, comme au « Retour de plage » situé sur le port de Saint-Trojan-les-Bains.

Des plages pour tous

A propos de plages, Oléron a ce qu’il faut. De nombreux campings prospèrent sous la pinède, c’est un signe qui ne trompe pas. Les familles avec petits enfants apprécient les plages de sable fin en pente douce baignées par une mer aussi calme qu’un lagon (entre St-Denis et Boyardville et plage de Gatseau) ; les ados préfèrent les longues plages désertes exposées à la houle et au vent, propices au surf, au kite-surf et au char à voile (côte ouest) ; tandis que les amateurs de pêche à pied choisissent celles du nord-ouest de l’île, mi-sable, mi estran rocheux, afin de récolter à marée basse les coques, les étrilles ou les bulots qui se cachent sous les algues et dans les trous d’eau. Et pour éviter la promiscuité des plages bondées du mois d’août, il est même possible, après 15 minutes de marche dans la pinède, d’accéder à la plage de la Nouette, magnifique, et quasi-déserte…

L’âme d’Oléron

Après avoir fait le plein d’UV et de bon air iodé, louez un vélo et suivez les pistes cyclables qui sillonnent l’île. Vous traverserez de ravissants petits villages (Arceau, Domino, La Brée…) avec leur lacis de ruelles étroites et leurs maisons blanches aux tuiles rondes, égayées de volets peints et de roses trémières. C’est là que se niche l’âme d’Oléron, au détour d’un puits, dans une humble église, dans l’intimité d’un chai ou la convivialité d’une cabane ostréicole, où vous achèterez pour pas cher des huîtres savoureuses tout juste sorties de l’eau. Vous réaliserez alors qu’Oléron est une île discrète et pas « bling-bling », une île où il fait bon vivre et séjourner, en toute simplicité.

Les bons produits du terroir

L’huître Marennes-Oléron

C’est le produit-phare de l’île, une huître qui acquiert son goût unique en étant affinée 28 jours minimum en claire (pour la fine de claire IGP), et 4 mois minimum pour la Rolls des huîtres, la pousse en claire Label Rouge. Certains ostréiculteurs ouvrent leur ferme au public (Huîtres Fonteneau, au Dolus d’Oléron), mais vous pouvez aussi visiter la Cité de l’Huître, à Marennes, où un circuit de découverte de l’ostréiculture a été aménagé au cœur des parcs à huîtres, alternant visite commentée, balade à vélo (prêtés), expositions et ateliers interactifs. On y apprend même à ouvrir et à cuisiner les huîtres ! 05 46 36 78 98 et http://www.cite-huitre.com

Le pineau

Un pineau des Charentes AOC est une mistelle, un vin de liqueur obtenu en mélangeant un moût de raisin avec du cognac issu des mêmes raisins. C’est donc un vin de terroir, et les vignobles oléronais, exposés aux embruns, ont une spécificité que vous pourrez découvrir en visitant leurs chais et en dégustant leurs cuvées, pineau rouge, blanc, rosé, vieux ou très vieux. Par exemple chez Favre et fils, à St-Pierre d’Oléron, qui vient de passer en bio (05 46 47 05 43).

La fleur de sel

Autrefois, l’île était parsemée de marais salants, et le sel était l’or blanc d’Oléron. La plupart ont été abandonnés ou remplacés par des parcs ostréicoles, mais il reste une poignée de sauniers perpétuant cette tradition et récoltant une fleur de sel de qualité. Au port des Salines, vous pourrez visiter un écomusée, comprendre le fonctionnement d’un marais salant in vivo, et vous promener en barque pour découvrir la faune et la flore des marais. (05 46 75 82 28).

Autres saveurs oléronaises

A découvrir dans les épiceries ou les marchés : la bière des Naufrageurs ; une limonade et un cola d’Oléron ; des sablés ou galettes à la fleur de sel d’Oléron ; de la salicorne, des rillettes, terrines ou soupes de poisson ; et même des oignons roses et doux, dits de St-Trujan !

 

Bons plans

Thalasso

Le Novotel de Saint-Trojan-les-Bains se distingue par son centre de thalasso proposant un grand éventail de modelages et de soins innovants. A partir de 65 € pour une après-midi thalasso avec deux soins. 05 46 76 02 46

A voir

Bilout’ en Vauban

Un soir par semaine durant l’été, Bilout’, un comédien local, endosse le rôle du marquis de Vauban pour une découverte originale de la citadelle, qui tient autant de la visite guidée que du spectacle théâtral. (05 46 47 60 51)

Le poisson du bateau à l’assiette

L’office du tourisme de St-Pierre d’Oléron s’est associé avec une poissonnerie d’exception « Les Pêcheries de la Cotinière » (l’un des seuls libre-service de poissons et crustacés de France), pour organiser des visites de la criée du port de la Cotinière, suivies d’une démonstration de cuisine donnée par un chef. (05 46 47 11 39)

Festival

Au mois d’août : « Un piano dans la pinède » est un festival de jazz gratuit à Grand Village Plage. Tel : 06 08 60 21 24

 

Pratique

Y aller : un pont gratuit relie Oléron à Marennes, en Charente-Maritime.

Se loger

Les Jardins d’Aliénor, au Château d’Oléron : hôtel de charme au restaurant gastronomique, dont les chambres sont si agréables et spacieuses qu’on n’a pas envie de les quitter ! Le patron est aussi un chef très doué en cuisine. Menus à partir de 19 € le midi et 49 € le soir, et chambres à partir de 110 €.   http://www.lesjardinsdalienor.com

L’Île de Lumière, à la Cotinière :  de lumineuses chambres façon motel posées sur les dunes, juste devant la plage ! A partir de 110 € la chambre avec petit déj. (05 46 47 10 80)

Se restaurer

Les Poissons Rouges, au port de St-Trojan : que de l’extra-frais dans ce restaurant de poissons et fruits de mer. Menu à 18,5 €, avec huîtres et moules ! 05 46 76 00 04

Chez Mamelou : bar-restaurant situé au bord du chenal de la Baudissière, réputé pour son églade (moules cuites aux aiguilles de pin). Plats de 7 à 13 €, le midi uniquement. 05 46 75 44 41

Se renseigner :  05 46 85 65 23 ou  www.ile-oleron-marennes.com

Les essentielles de Rochefort

Cette ville classée d’Art et d’histoire allie la langueur d’une ville thermale, au dynamisme d’une station balnéaire. A découvrir en famille entre musées passionnants, balades à vélo et excursions dans les îles du pertuis d’Antioche.

Lovée au cœur d’un méandre de la Charente, Rochefort-sur-mer porte un nom trompeur, puisque l’océan est à une dizaine de km du centre-ville. C’est d’ailleurs pour cette situation, un peu à l’intérieur des terres et le long d’un fleuve, que ce village a été choisi par Colbert au 17ème siècle pour devenir l’arsenal royal. Les îles situées au large de l’estuaire de la Charente (Oléron et l’île d’Aix) étaient parfaites pour le défendre des flottes ennemies. Le ministre de Louis XIV a donc construit une ville nouvelle en damier, dont l’unité architecturale se remarque du premier coup d’œil. Ces élégants immeubles en pierre calcaire, opulents mais sans ostentation, entourent la place Colbert, qui a servi de décor aux « Demoiselles de Rochefort« . Comme son réalisateur ne faisait rien à Demy, il avait fait peindre les façades en blanc et les volets en couleurs vives. Les couleurs ont disparu et le café-kiosque de la place n’est pas celui du film, mais le charme subsiste, et ne vous gênez pas pour esquisser quelques pas de danse devant la fontaine, sous le regard amusé des passants… Sur ces entrechats, dirigez-vous vers le fleuve en passant par la seule rue courbe de la ville, la bien-nommée rue de l’Amiral Courbet. Traversez le Jardin des Retours, dont le Potager du Roy conserve quelques-unes des plantes ramenées d’expéditions maritimes, et découvrez la Corderie Royale. C’est dans ce bâtiment de 374 m de long qu’étaient fabriqués les cordages de marine en fil de chanvre, et il abrite une exposition interactive passionnante qui dévoile l’art de faire des cordes et des nœuds. Les enfants adorent ! Vous retrouverez les aussières, torons et grelins à quelques encablures de là, équipant l’Hermione, la réplique parfaite de la frégate armée à bord de laquelle le marquis de La Fayette vola en 1780 au secours des insurgés américains en lutte pour leur indépendance…

Vers les îles au fil de la Charente

En empruntant la piste cyclable qui passe devant l’Hermione, vous longerez les rives sauvages de la Charente, jusqu’aux imposantes arches métalliques du pont-transbordeur de Martrou, celui-là même qui ouvre et qui clôt le film des « Demoiselles ». Il est en restauration, mais un petit musée permet de tout savoir sur son fonctionnement et son histoire (Jacques Demy voulait le repeindre en rose !). A un vol de mouette de là, arrêtez-vous devant l’un des bassins de la station de lagunage, où viennent se nourrir d’innombrables oiseaux. La démarche et le plumage de l’avocette élégante rappelle les pas chassés de Catherine Deneuve et la marinière de Jacques Perrin ! A Soubise, un bateau-passeur vous fera traverser le fleuve et vous pourrez rejoindre le Port-des-Barques, petit port ostréicole donnant accès à pieds, à marée basse, à l’île Madame. Cet îlot-confetti abrite une ferme aquacole, et entre terre et mer, on se laisse griser par la beauté de ces paysages marins et par ces parfums iodés d’algues et de salicorne. De l’autre côté de l’estuaire, Fouras-les-Bains est une autre station ostréicole, à partir de laquelle vous partirez, en bateau cette fois, à la découverte de l’île d’Aix. Dès le débarcadère, le charme opère : de hauts buissons de roses trémières rendent encore plus gaies les pimpantes maisons basses aux volets bleus ou verts, et en l’absence de voiture, on fait le tour de l’île à pieds ou à vélo, en passant de criques rocheuses à l’ambiance méditerranéenne, à de belles plages de sable blond. La boucle est bouclée en 2 heures, alors avant de reprendre le bateau, prenez le temps de visiter la maison Napoléon qui abrite mobilier, armes, vêtements, portraits et divers objets évoquant l’épopée et la légende de l’empereur Napoléon 1er, qui séjourna dans cette maison en juillet 1815 avant de se rendre aux Anglais et de partir en exil. Enfin, dans le bourg, rendez visite à Hervé Gallet, l’un des derniers nacriers de France, qui travaille la nacre d’une vingtaine de variétés de mollusques, venant des mers chaudes du monde entier…

 

Trois visites incontournables

L’hôtel Hèbre de Saint-Clément accueille le musée d’Art et d’Histoire, et un espace consacré à Pierre Loti. Cet écrivain était un officier de marine, et il a écumé les mers et les continents : Turquie, Tahiti, Ile de Pâques, Chine, Afrique occidentale… Ces voyages lui ont servi de matière pour ses romans, mais il a aussi ramené une quantité d’objets et de souvenirs qu’il amassait dans la maison familiale. Celle-ci est en restauration, mais elle a été modélisée en 3 D, et une visite virtuelle et en relief commentée par un guide, permet d’entrer dans l’univers loufoque et mégalomane de cet académicien si peu académique, qui organisait de grandes fêtes costumées dans sa salle Renaissance, son palais turc ou sa pagode japonaise… S’il était toujours en vie, Loti serait sans doute l’un des plus fidèles clients de Sylvie Deschamps, brodeuse de fils d’or. La seule brodeuse en France titulaire du titre de Maître d’Art (l’équivalent de Trésor Vivant au Japon…), perpétue à Rochefort ce noble artisanat, dernière héritière de l’école de broderie fondée par Colbert, spécialisée dans les uniformes et les drapeaux. Elle travaille pour des marques de luxe telles que Piaget, Dior, Guerlain, Chanel ou Versace,, mais elle réalise aussi, avec ses élèves, des bijoux et des pièces décoratives plus abordables (à partir de 80 €) : bracelets, broches, cartes brodées… Visite guidée sur rdv et stage de broderie. Le Bégonia d’Or (www.broderieor.com). Enfin, le Conservatoire du Bégonia possède la plus importante collection mondiale de cette famille de plante, qui est le symbole de Rochefort. Elle tire d’ailleurs son nom de l’intendant Michel Bégon, qui a acclimaté à Rochefort cette fleur des Antilles, rapportée par le moine botaniste Plumier au XVIIème siècle. Dans des serres chaudes et humides, vous découvrirez plus de 1 500 espèces et hybrides de cette fleur, importées du monde entier ! (www.begonia.rochefort.fr)

 

Pratique

Séjourner

Roca Fortis (3*) : à deux pas de la place Colbert, hôtel aux chambres élégantes réparties autour d’un patio. Petit-déjeuner exquis. A partir de 70 € la ch. 05 46 99 26 32

La Villa des Demoiselles : chambres d’hôtes de charme dans un bel hôtel particulier. Accueil et confort irréprochables. A partir de 95 €/ch en B&B. 06 22 11 93 47

Savourer

Les 4 saisons : cuisine de terroir rehaussée d’une pointe d’exotisme, par un chef qui est aussi gabier sur l’Hermione. Menus à partir de 18 €. Tél : 05 46 83 95 12

Les Jardins du Lac, à Trizay : Relais du Silence proposant une cuisine gastronomique à prix raisonnable. A partir de 38 € le menu. Tél : 05 64 28 58 53

A ne pas rater

Sur les traces des Demoiselles de Rochefort : parcours dans la ville avec les anecdotes et confidences d’un guide très érudit. Les 22 août et 12 sept à 15h30. Réservations au 05 46 82 91 60

L’Hermione reprendra la mer en février 2018, il faut en profiter pour la visiter en famille, et pour vivre l’expérience des gabiers en montant à 25 m dans l’accro-mâts situé juste à côté de la frégate.

Infos

OT : http://www.rochefort-ocean.com