Balade dans le Mercantour

De Nice à la frontière italienne, cet itinéraire remonte les vallées de la Vésubie et de la Tinée en traversant les merveilleux paysages du Parc National du Mercantour.  

Depuis Nice, il faut longer le Var, puis suivre le cours de son affluent la Vésubie à travers des gorges impressionnantes. Dès que les remparts s’éloignent et que la vallée s’élargit, on en prend plein les mirettes tant la montagne est belle avec ses hameaux perchés, sa forêt de feuillus et d’épineux aux mille nuances de vert, et ses sommets enneigés qui se chevauchent à l’horizon dans le mauve des lointains. Plus haut dans la vallée, le cœur se serre en voyant les dégâts causés en octobre dernier par la tempête Alex. Un effroyable sillon de pierres et de roches défigure la vallée, comme tracé par un soc gigantesque, laissant imaginer le tsunami qui a tout emporté sur son passage. La route et certains ponts ont été rétablis, mais il reste des carcasses de voitures, des maisons éventrées, à moitié dans le vide, et des vestiges de routes sous lesquelles la terre s’est dérobée… Touchée, mais pas coulée, la Vésubie se remet de ce cataclysme, et attend que les touristes reviennent pour profiter de son patrimoine culturel et naturel intact.

Vallée de la Vésubie, St-Martin-de-Vésubie, juillet 2021
St-Martin-de-Vésubie, juillet 2021
Vallée de la Vésubie, juillet 2021
Vallée de la Vésubie, juillet 2021

La Vésubie, touchée, mais pas coulée

St-Martin-Vésubie a conservé tout son charme de village provençal médiéval. Depuis l’officine de tourisme, il faut remonter la pittoresque rue Cagnoli en faisant attention de ne pas marcher dans le petit ru ou béal (« lou bial« ), qui glougloute en son milieu. Elle est bordée de maisons anciennes, telle la « maison du coiffeur » qui occupe la proue d’un îlot, ou la maison des comtes de Gubernatis, pompeusement appelée « palais », qui s’ouvre sur un vaste porche en pierre. Cette famille contrôlait le commerce du sel, qui a fait la prospérité du village, de la fin du Moyen Âge au XVIIIe s. A cette époque, ce sont plus de 10 000 mulets par an qui passaient par St-Martin, chargés du sel des salins d’Hyères en direction du Piémont ! Plus haut dans le village, on aperçoit quelques villas Belle Epoque, construites au XIXe s., rappelant le temps où St-Martin, à 1000 m d’altitude, était une station d’agrément pour l’aristocratie de la côte d’Azur… Le patrimoine religieux est conséquent, avec plusieurs chapelles dont celles des Pénitents Blancs qui possède une belle décoration baroque du XVIIe s., et l’église Notre-Dame-de-l’Assomption, construite au XIIe s. par les Templiers et caractéristique du baroque niçois. Si vous êtes sportifs.ves, il faut aller au Vesuvia Mountain park, un immense complexe en forme d’aile Delta posé au bord de la Vésubie (qui a assez bien résisté au torrent en furie), dans lequel on peut pratiquer ou s’initier à l’escalade et/ou au canyoning grâce à l’UCPA. Pour les adeptes du bien-être, le bourg voisin de Berthemont-les-Bains dispose d’un grand centre thermal ValVital, qui puise dans la montagne son eau à 29 °C sulfurée et sodique, riche en oligo-éléments. L’entrée (24 €) inclut l’accès à la piscine thermale, au hammam, au sauna, et à la terrasse panoramique avec jacuzzi et solarium extérieur.  De l’autre côté de la vallée, il faut monter à Belvédère, le bien-nommé, qui séduit par ses hautes maisons de style piémontais, dominant une placette ombragée de platanes. Traversez-le afin d’accéder à la vallée de la Gordolasque, qui aboutit à un cirque montagneux zébré de cascades. Les plus de 50 ans se souviendront peut-être que ce cadre naturel a servi de décor à la série « Belle et Sébastien » (la cabane en pierre du film est toujours là !), les autres se contenteront de contempler ce paysage alpin édénique, où au milieu coule une rivière. C’est l’un des accès à la Vallée des Merveilles (4 h, 800 m de dénivelé), mais je n’ai pas fait cette randonnée. Ce site est lui-même merveilleux, et c’est un spot idéal pour pique-niquer, et pour se rafraîchir dans les vasques naturelles de la Gordolasque.

St-Martin-de-Vésubie
St-Martin-de-Vésubie
St-Martin-de-Vésubie
St-Martin-de-Vésubie
St-Martin-de-Vésubie
Chapelle des Pénitents Blancs, à St-Martin-de-Vésubie
Vallée de la Vésubie, Belvédère
Vallée de la Vésubie, thermes de Berthemont
Vallée de Gordolasque, cascade du Ray
Vallée de Gordolasque
Vallée de Gordolasque
Vallée de Gordolasque

La Tinée, un petit air d’Italie

Pour changer de vallée, il faut passer par La Colmiane, une minuscule station de sports d’hiver défigurée par deux immeubles très moches. A la belle saison, on peut y faire de la via ferrata (classée difficile), de la luge d’été, et se laisser glisser, et griser, le long de la plus longue tyrolienne de France (2663 m de descente sur plus de 300 m de dénivelé). Puis on traverse le bucolique plateau de Valdeblore, très vert, aux trois villages tranquilles et typiquement montagnards, avant de rejoindre la vallée de la Tinée, beaucoup moins impactée par la tempête Alex. Après Saint-Sauveur-de-Tinée, la route s’engage dans une superbe gorge, ménageant de constants points de vue sur la Tinée. Puis voici Isola (Liousoulo, en nissard), charmant petit village aux étroites ruelles, aux maisons blotties les unes contre les autres pour lutter contre les rigueurs de l’hiver. Plus loin, il faut s’arrêter à Saint-Etienne-de-Tinée pour visiter ce ravissant village de montagne, où flotte un petit air d’Italie. Après avoir admiré les fontaines et les cadrans solaires sur les façades pastel des maisons, entrez dans la chapelle St-Sébastien pour voir ses remarquables fresques du XVe s, représentant notamment la création d’Adam et Eve et la crucifixion du Christ. Le village s’est doté d’un plan d’eau avec plagette de gravier autorisant la baignade, ce qui peut faire l’occasion d’une pause agréable, surtout en compagnie de jeunes enfants. En remontant la vallée, la forêt de feuillus laisse place aux conifères, puis celle-ci se clairseme, les arbres se raréfient, comme l’oxygène, et le paysage devient sublime sur les cimes enneigées et les prairies alpines, royaume des marmottes. En continuant de remonter cette vallée jusqu’au bout (c’est l’une des plus hautes routes d’Europe), vous atteindrez le Col de la Bonette à 2715 m d’altitude, col mythique permettant de basculer dans l’Ubaye, et dévoilant un univers minéral de haute montagne.

La Roche, hameau de Valdeblore
Saint-Etienne-de-Tinée
Dans l’église St-Etienne de St-Etienne-de-Tinée
Saint-Etienne-de-Tinée, chapelle St-Sébastien
Fresques du XVe s. de la chapelle St-Sébastien, à St-Etienne-de-Tinée
A Saint-Etienne-de-Tinée
Plan d’eau de Saint-Etienne-de-Tinée

Isola 2000

Enchâssé dans un verdoyant écrin montagneux, la station d’Isola 2000 se compose d’un harmonieux étagement d’immeubles résidentiels et de chalets en bois. En hiver, il y a 120 km de pistes, et en été, c’est le paradis des bikers et des randonneurs. Son altitude élevée permet d’accéder facilement aux sublimes paysages du Parc National du Mercantour. Telle la rando qui mène en 2 h aux lacs de Terre Rouge, dominés par des sommets culminants à 3000 m, où il est fréquent de voir des chamois et des bouquetins dans les pierriers, surtout vers le col Mercière. La dénomination Terre Rouge vient de la nature de la roche, la migmatite, dont les oxydes ferreux lui confèrent ces teintes rouges/ocres. Dans la station même, sans avoir à avaler beaucoup de dénivelé, il y a une superbe balade à faire, le long d’un ruisseau en sous-bois, en compagnie de la guide Onil Bosco. Passionnée par la botanique, Onil connaît le nom de la moindre herbe ou fleur, et surtout, elle en dévoile les bienfaits (ou les dangers) pour la santé. C’est fou le nombre de plantes sur lesquelles on marche sans les voir, et qui sont comestibles, ou qui ont des vertus thérapeutiques en infusion. Telle l’achillée millefeuille, qui facilite la digestion, le plantain (antihistaminique) ou le fenouil sauvage. Chemin faisant, le long du frais ruisseau, elle suggère une pause méditation au bord de l’eau, à l’écoute de la nature. Puis elle dévoile des notions de sylvothérapie, en passant devant un mélèze vénérable… Durant cette revigorante balade de 3 h nommée « zen et bien-être », Onil s’arrête dans une clairière et incite les participants à faire des exercices de respiration en se reconnectant avec la nature, avant de déguster une infusion de plantes choisies par ses soins…

Isola 2000
Isola 2000
Chapelle à Isola 2000
Dans les hauteurs d’Isola 2000, sur le sentier qui mène aux lacs de Terre Rouge
Onil Bosco, guide de montagne
Dans les hauteurs d’Isola 2000, sur le sentier qui mène aux lacs de Terre Rouge
Lac de Terre Rouge
Lac de Terre Rouge
Lac de Terre Rouge
Lac de Terre Rouge
Onil Bosco, guide de montagne
Parc National du Mercantour, flore alpine à Isola 2000
Onil Bosco, guide de montagne et botaniste
Balade « zen et bien-être » à Isola 2000
Balade « zen et bien-être » à Isola 2000
Ruisseau à Isola 2000
Balade « zen et bien-être » à Isola 2000
Torrent à Isola 2000
Onil Bosco, guide de montagne à Isola 2000, lors de sa balade « zen et bien-être »

En fin d’après-midi, le bon plan est de grimper au-dessus d’Isola 2000 (à pieds ou en voiture) pour prendre l’apéro au camion-snack « L’Isolien », situé au col de la Lombarde. A 2351 m, ce col est à la frontière avec l’Italie, province de Cunéo. Quelques tables en bois permettent de profiter du paysage avec les belles lumières du soleil déclinant, si toutefois la Lombarde, ce vent transalpin, ne fait pas moutonner les nuages qui montent à l’assaut du col à une vitesse fulgurante. Il y a des habitués, tel Gilbert, dit « pied de vigne » (!), une figure locale d’Isola 2000, qui ne se fait pas prier, en buvant un coup, pour raconter des anecdotes sur sa vie aux mille métiers… Sam, le sympathique gérant du snack, propose des assiettes de fromage et de la charcuterie locale, à déguster avec une socca toute chaude. Après tout, la socca est légitime dans ce snack d’altitude, car Nice n’est qu’à 1h30 de route !

Sam, qui tient le snack « L’Isolien » au col de Lombarde, prépare la socca
Socca du snack « L’isolien », au col de la Lombarde
Gilbert, dit « pied de vigne », figure d’Isola et habitué du snack l’Isolien

Voyage pratique

Séjourner

A Isola 2000 : résidence MMV « Les Terrasses » 3 *, avec club enfants, appartements 4 p à partir de 385 €/sem.  https://www.mmv.fr/residence-club-isola-2000-les-terrasses-isola

A St-Martin-de-Vésubie :

– « Pure Montagne resort », nouveau resort 4 * dans de beaux chalets chics et design, à partir de 90 € la ch double.  https://www.puremontagneresort.fr/

– « La Bonne Auberge » : hôtel de style montagne rustique, très convenable, surtout pour 75 €/ch.

– Camping (2*) « A la Ferme St-Joseph » : cadre bucolique dans un verger, on peut cueillir les fruits au sortir de sa tente ! Egalement trois chambres dans une maison, à partir de 57 €/ch. http://www.camping-alafermestjoseph.com/le-camping.html

Savourer

A Isola 2000 : Le Vieux Chalet, cuisine généreuse de montagne. Tél : 04 93 02 69 45

Note : en juillet/août, la station organise tous les lundis soir un BBQ dans les prés, très convivial, où les participants amènent leur viande, celle-ci est cuite par les bénévoles de la station, qui offre les boissons et les chips… Tout le monde s’installe sur de grandes tables en bois, c’est très convivial et très sympa, et si le temps le permet, lorsqu’il fait nuit, le photographe Anthony Turpaud, spécialisé dans l’astronomie, installe quelques téléscopes pour observer les étoiles ! https://www.aturpaudfoto.com/

A St-Etienne-de-Tinée : Le Régalivou, pizzas au feu de bois, reblochonnade, bons desserts. Tél : 04 93 02 49 00

A St-Martin-de-Vésubie : La Treille, terrasse vue montagne et cuisine soignée à prix raisonnables. Tél : 04 93 03 30 85

A rapporter

Fromages et charcuterie de montagne de la Vacherie, à Isola 2000 ; crème de marrons et safran chez Céline & Sébastien, à Isola ; miels de montagne à Belvédère ; confitures et glaces artisanales chez Sarah & Nicolas à St-Martin-de-Vésubie.

Barbecue organisé par Isola 2000. Au centre, Lionel Fernandez, le très dynamique directeur de l’OT d’Isola
Après le barbecue, chamallow party pour les enfants…
Monique Colombero, de la Vacherie de Chastillon, à Isola 2000
Fabrication du fromage au lait de vache de la Vacherie de Chastillon, à Isola 2000
Cave d’affinage de la Vacherie de Chastillon, à Isola 2000. Frottage de la croûte au sel
Fromage « Isolien » dans la cave d’affinage de la Vacherie de Chastillon, à Isola 2000
Fromages de la Vacherie de Chastillon, à Isola 2000
Reblochonnade du Régalivou, à St-Etienne-de-Tinée
Pavlova à la mangue et aux fruits rouges, du Régalivou, à St-Etienne-de-Tinée
Sarah, confiturière à St-Martin-de-Vésubie

Se renseigner

https://www.nicetourisme.com/ et  http://www.mercantour-parcnational.fr/fr et https://www.isola2000.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s