CHICAGO, une cité dans le vent

La 3ème plus grande ville américaine séduit par son architecture et par son offre culturelle. Cerise sur le cup-cake, une nature très présente, grâce à ses grands parcs et au lac Michigan.

Surnommée « windy city », la capitale de l’Illinois a le vent en poupe ces dernières années. En effet, pour la 5ème fois de suite, Chicago a été élue en 2021 « meilleure grande ville à visiter aux USA » par Condé Nast Traveler, le magazine de voyage américain de référence. Un choix que je partage largement. Comment ne pas être impressionné par le gigantisme de ses gratte-ciel, dont le sommet se perd parfois dans les nuages ? Depuis le grand incendie de 1871, qui a détruit la ville, les architectes rivalisent d’imagination et d’ingéniosité pour concevoir des buildings plus grands et plus beaux les uns que les autres. Leurs matériaux, leurs décorations et leurs formes surprennent, et l’on se retrouve constamment le nez en l’air à admirer ces géants de pierre, de fer ou de verre. Et il est vrai que parfois, les courants d’air s’engouffrant entre ces hautes tours justifient le surnom de la ville…       

The Cloud Gate, ou « The Bean », d’Anish Kapoor, au Millennium Park

 

Une ville d’art… chitecture

Le Loop est le quartier qui concentre les plus beaux bâtiments. On peut le découvrir à pieds, ou en empruntant la pink line du métro aérien décrivant une boucle (loop en anglais). Ce faisant, nous reviennent toutes ces images des films ou séries américaines tournés ici, tel que « The Dark Knight », « Spiderman 2 », « The Fugitive », ou « Chicago Fire »… A pieds, il faut arpenter notamment State St, l’avenue des grands théâtres, où de grands panneaux donnent des informations sur les buildings les plus remarquables, tel que le Carson Pirie Scott & Co, dont les fenêtres du rez-de-chaussée sont encadrées par un superbe ornement de feuilles en acier, ou le Reliance building, dont la façade est faite de fenêtres séparées par des caissons de style classique en terra-cotta blanche. Remarquez, au 120, l’immeuble incroyablement étroit qui se faufile entre les mastodontes…

CHICAGO Métro aérien de The Loop

Faites un (petit) détour par LaSalle St, qui aboutit à l’imposant Chicago Board of Trade Building, pour voir et visiter The Rookery, l’un des plus anciens et des plus beaux immeubles de Chicago, à la façade néo-roman de marbre rouge. Construit en 1887, ce monument historique a été rénové et décoré par Franck Lloyd Wright (voir plus loin le paragraphe sur Hyde park), qui a illuminé son grand hall par une sublime verrière, et habillé les éléments métalliques de marbre blanc, en ajoutant des décors persans. Une seconde rénovation, faite par un élève de Wright, a apporté quelques touches d’Art Déco, notamment dans les luminaires.

Chicago est vraiment une ville fabuleuse pour les amateurs d’architecture, mais aussi une ville d’art, et au hasard des rues, on tombe parfois sur une œuvre contemporaine, telle la « Bête Debout », de Jean Dubuffet, au 100 W Randolph St… Il y a aussi un quartier dévolu au street art, c’est le Wabash Arts Corridor, dont les murs sont les cimaises d’un art de rue engagé, reflet des préoccupations sociales des jeunes du quartier. Ces fresques colorées, créées à l’initiative du Columbia College de Chicago, embellissent les façades nues des immeubles, les parkings, et même les sombres allées dévolues aux escaliers de secours et aux poubelles… Le mieux est de faire appel à une visite guidée, afin de connaître les motivations de ces artistes, parfois étonnantes. https://wabashartscorridor.org/tours/ . On peut s’y rendre en métro, ou à pieds, car ce n’est qu’à deux blocs du parc Millenium, et donc du centre-ville.

Monument à la Bête Debout, de Jean Dubuffet, 100 W Randolph St
Street art dans le Wabash Arts Corridor
Street art dans le Wabash Arts Corridor
Street art dans le Wabash Arts Corridor
Street art dans le Wabash Arts Corridor
Street art dans le Wabash Arts Corridor
Street art dans le Wabash Arts Corridor
Street art dans le Wabash Arts Corridor
Street art dans le Wabash Arts Corridor
Street art dans le Wabash Arts Corridor
Street art dans le Wabash Arts Corridor
Street art dans le Wabash Arts Corridor
Street art dans le Wabash Arts Corridor
Street art dans le Wabash Arts Corridor
Street art dans le Wabash Arts Corridor
Street art dans le Wabash Arts Corridor
Street art dans le Wabash Arts Corridor
Street art dans le Wabash Arts Corridor

Des visites sensationnelles

Une façon différente de voir le centre-ville consiste à monter dans un bateau-croisière qui navigue sur la Chicago river. Cela permet d’avoir des angles originaux, en passant devant une cinquantaine d’immeubles remarquables, tels que le Navy Pier, le Wrigley Building, Marina city (les épis de maïs), ou la Trump tower. Notez que la perspective est la même depuis la River walk, la promenade piétonne longeant la rivière. Mais lorsque le bateau fait demi-tour dans le bassin situé au bord du lac Michigan, cela offre un beau point de vue sur la front-line des gratte-ciels. A propos de ces géants effleurant les nuages, certains ont mis en place des visites spectaculaires dans leurs plus hauts étages. Evidemment, depuis cette hauteur, on a une vue grandiose sur le damier de la ville aux banlieues tentaculaires, et sur le lac Michigan qui semble une mer intérieure. Mais deux attractions ajoutent du piment au spectacle : dans la tour Willis, le Skydeck est une cage en verre qui permet de marcher dans le vide à 410 m du sol. Et le Tilt, au 94ème étage du John Hancock center, consiste en des cabines en verre qui se penchent à 45 ° en vous donnant l’impression de voler… ou de tomber ! C’est impressionnant… Les photos sont interdites, mais vous pourrez en avoir une idée ici : https://360chicago.com/virtual-tilt

Buste en bronze de Jean-Baptiste Pointe DuSable, fondateur de Chicago, sur le pont DuSable
Clark St Bridge, sur la Chicago River
La River Esplanade, départ des bateaux-croisière sur la Chicago river
Chicago river, au niveau du Merchandise Mart
Building le long de la Chicago river
Pont de Lake St
Building le long de la Chicago river
Croisière sur la Chicago river
Buildings le long de la Chicago river
360 Chicago au John Hancock center
360 Chicago au John Hancock center

Des parcs et des musées

Chicago possède une dizaine de parcs urbains, et les plus grands sont situés en bordure du lac Michigan, ce qui permet de s’oxygéner doublement. Je recommande surtout le Millenium park, d’abord parce qu’il est en contact avec le centre-ville, et qu’il permet de se reposer dans la verdure après avoir « bouffé » du macadam et respiré du gaz d’échappement toute la journée. De plus, il est agrémenté de plusieurs œuvres majeures d’art contemporain, tel que le très photogénique Cloud Gate d’Anish Kapoor, un miroir géant en forme de haricot, qui reflète les buildings de Michigan Ave. Il y a aussi le pavillon Jay Pritzker, de Franck Gehry (qui change de couleur la nuit !), et la Crown Fountain, de Jaume Plensa, composée de deux stèles géantes en briques de verre sur lesquelles s’affichent des visages souriants de Chicagoans. Et de mai à octobre, de l’eau jaillit en cascade des deux tours, ce qui est très… rafraîchissant. Juste en face, se tient l’Art Institute of Chicago, un musée d’exception par sa taille (il faudrait la journée pour tout voir), et par la qualité des œuvres exposées et de leur mise en scène. Tout le monde se précipite pour voir les toiles des peintres impressionnistes (Monet, Gauguin, Van Gogh…), mais j’ai adoré l’aile des arts asiatiques et africains. https://www.artic.edu/ . En prolongement de ce parc, après l’immense fontaine Buckingham, s’étend le Grant park depuis lequel on accède à deux autres musées incontournables, à savoir le musée Field, un musée ultra-moderne des Sciences et de l’Industrie dont la visite ludique ravit petits et grands, et le Shedd, tout simplement le plus grand aquarium couvert du monde !

The Cloud Gate, ou « The Bean », d’Anish Kapoor, au Millennium Park
The Cloud Gate, ou « The Bean », d’Anish Kapoor, au Millennium Park
Crown Fountain, de Jaume Plensa, au Millenium park
Pavillon Jay Pritzker, de Franck Gehry, au Millennium Park

La petite maison de style Prairie

L’autre quartier de Chicago qu’il faut visiter, c’est Hyde Park. Mais il est un peu éloigné du centre, alors il faut y aller en train, ou en louant un vélo et en empruntant la piste cyclable qui longe le lac Michigan vers le sud. Dans cette banlieue cossue et jeune à la fois, se trouvent les maisons de Mohamed Ali, de Malcolm X, et de Barack Obama. Celle-ci est relativement modeste, et un peu plus loin, il y a même une petite pierre gravée à l’endroit où le jeune sénateur a embrassé pour la première fois Michelle, après avoir mangé une glace chez Baskin-Robbins… So romantic ! Le quartier est surtout connu pour sa grande Université, dont les beaux bâtiments néo-gothiques semblent sortis de l’univers d’Harry Potter. Enfin, prenez le temps de vous arrêter à la Robie House, la maison-musée en briques romaines que l’architecte de génie Franck Lloyd Wright a dessinée en 1910. Cette maison symbolise bien le style Prairie qu’il a créé (inspiré des maisons traditionnelles du Japon), et qui a influencé de nombreux autres architectes aux USA, et même en Europe. C’est une architecture « organique », où tous les éléments sont reliés, comme dans un corps, et dont le confort va de pair avec l’esthétique. J’aime beaucoup ces lignes horizontales et ce toit plat, l’organisation des pièces (l’utilisation de poutres en acier permet d’avoir des pièces ouvertes, sans piliers ni cloisons), très lumineuses, où l’on peut voir la rue sans être vu. J’aime aussi les ornementations un peu Art Déco, son obsession pour le rond et le carré, que l’on retrouve dans les luminaires, et j’aime aussi le mobilier en bois, fait main, en harmonie avec le reste du design fonctionnel, sobre et élégant. Cela donne envie de pousser jusqu’à Oak park, une autre banlieue prospère où FLW a dessiné des maisons similaires de style Prairie, en harmonie avec leur environnement. Je terminerai par une citation de FLW, que j’ai trouvée dans la Robie House, et qui conclut bien cette découverte de Chicago, à forte teneur architecturale : « Chaque bon architecte est nécessairement un grand poète. Il doit être un grand interprète original de son temps, de son jour, de son époque. »

Maison de Barrack Obama, à Hyde Park
Université de Hyde Park
Université de Hyde Park
Robie House, de Frank Lloyd Wright
Robie House, de Frank Lloyd Wright
Robie House, de Frank Lloyd Wright
Robie House, de Frank Lloyd Wright
Robie House, de Frank Lloyd Wright
Robie House, de Frank Lloyd Wright
Street art à Hyde Park
Street art à Hyde Park
Wallace E. Goode Jr., dir. de la Chambre de Commerce de Hyde park

Pratique

Y aller : United Airlines ou Air France proposent des vols directs (9 h de vol) à partir de 500 € A/R.

Se loger

Hi Chicago, 24 E Ida B Wells Drive : auberge de jeunesse très bien située dans le Loop. Dortoirs de 6 pers. ou ch. dble, à partir de 35 € la nuit. https://www.hiusa.org/find-hostels/illinois/chicago-24-e-idabwells-drive

Royal Sonesta (4*), 71 E Wacker Drive : situation idéale au pied de la Chicago river, et chambres spacieuses au confort chic, à partir de 175 €/j.  https://www.sonesta.com/royal-sonesta/il/chicago/royal-sonesta-chicago-downtown

Se restaurer

Medici on 57th, à Hyde park : pour la très épaisse deep dish pizza. Repas complet et copieux pour 35 €/p.

Pan pizza de chez Medici, Hyde Park

Portillo’s, 100 W Ontario St : fast-food de qualité, pour déguster ce qui est réputé être le meilleur hot-dog des USA. Sans ketchup, mais avec une saucisse de Francfort au boeuf, une moutarde spéciale, du sel de cèleri, des rondelles de tomate, des oignons et du poivron émincés, un piment doux, et une grosse tranche de cornichon américain. Un régal !

Portillo’s Hot Dogs, 100 W Ontario St
Portillo’s Hot Dogs, 100 W Ontario St

Moody Tongue, 2515 S Wabash Ave : restaurant gastronomique situé dans une sorte d’entrepôt aux murs et plafond noir. Un cadre minimaliste qui va bien avec cette cuisine américaine contemporaine, à base de produits ultra-frais et locaux. L’originalité de cette table doublement étoilée au Michelin, qui est aussi une brasserie, est que chaque plat peut être accompagné de son accord met/bière ! On peut aussi choisir du vin, bien sûr… Compter 300 $/p (avec les boissons !).

Garrett : plusieurs magasins au centre-ville vendent ce délicieux pop-corn au caramel.

Boire un verre

Legends, 700 S Wabash Av : club de Buddy Guy, qui chante encore le blues à 85 ans ! A ne pas manquer… Si vous achetez un disque ou un goodies, Buddy vous le dédicace en personne !

Au Legends, le club de blues de Buddy Guy Buddy Guy
Disque vinyle de Buddy Guy, dédicacé !

Cindy’s : bar branché dont la terrasse-balcon donne sur le parc Millenium.

Terrasse de Cindy’s Rooftop, devant le Millennium park

Se renseigner

www.choosechicago.com

Vers Wabash

2 commentaires sur « CHICAGO, une cité dans le vent »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s