Splendeurs du Pérou

Des sites Incas mystérieux, des paysages époustouflants, des trésors archéologiques et des peuplades aussi étonnantes qu’accueillantes : tel est le menu de ce périple culturel et gourmand au pays des lamas.

Même si la capitale Lima est engorgée par une circulation infernale, et enveloppée par une brume marine une partie de la journée, tout voyageur curieux et gourmand doit y passer au moins une journée, ne serait-ce que pour découvrir son quartier historique, déclaré Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco. Lima a accueilli la 1ère exposition Universelle d’Amérique en 1872, et la ville conserve de somptueux bâtiments bâtis à cette époque et de grands parcs où se déroulent des spectacles folkloriques hauts en couleurs. Lima, c’est aussi la capitale gastronomique d’Amérique du Sud. De la table des grands chefs à l’humble churrasqueira (restaurant de grillades), vous découvrirez une cuisine variée et inventive, et surtout très bon marché… Saviez-vous que le Pérou dispose de 4000 variétés de pomme de terre, 500 de maïs et 200 de piments ? Les restaurants regorgent de poissons étonnants, en provenance du Pacifique ou de l’Amazonie. Pensez à réserver si vous voulez déjeuner à la cebicheria « La Mar », servant le meilleur ceviche (poisson cru mariné dans du jus de citron vert) de la ville, dans le quartier moderne et branché de Miraflores. Baladez-vous aussi dans celui plus bohème et intello de Barranco pour déguster dans un bar le fameux pisco sour, le cocktail national très rafraichissant à base d’alcool de raisin, de sirop de canne et de citron vert.

Cuzco, la cité d’or

Perché à 3400 m d’altitude au milieu de la cordillère des Andes, Cuzco fut la capitale des Incas, et cela se voit. Plus encore que les maisons colorées aux balcons en bois de cèdre ouvragé, il suffit d’entrer dans le Temple du Soleil pour mesurer à quel point cette civilisation était prospère au XVème siècle. Tous les énormes blocs de granit qui constituent le socle du temple étaient plaqués d’or, et les conquistadors ont mis trois mois pour fondre tout l’or qu’il contenait ! On comprend l’origine de l’expression « c’est le Pérou »… L’immense cathédrale conserve un retable rutilant d’or, un autel plaqué d’argent, et d’innombrables trésors. Mais l’eldorado n’est plus ce qu’il était, et aujourd’hui, la population tire l’essentiel de ses revenus du tourisme. Les ruelles abondent de vieilles femmes en tenue Quechua (pas celle provenant du Décathlon le plus proche, mais celle de leurs ancêtres…) mendiant quelques sols (menue monnaie) pour être prises en photo avec leur lama ou leur alpaga. La laine de ces animaux est employée pour confectionner de beaux pulls, des écharpes et les fameux bonnets péruviens si précieux lorsque tombe la fraîcheur du soir, qu’il faut marchander dans les innombrables échoppes du quartier historique.

 

Le Machu Picchu, un must malgré l’affluence       

Parmi les raisons qui ont conduit les Incas à construire au XVème s. un sanctuaire sacré sur la crête d’un promontoire isolé par 600 m de falaises abruptes, il y en a une qui saute littéralement aux yeux : c’est parce que le site est magnifique ! De hautes cimes découpent l’horizon, et dans cet écrin rocheux, se détache ce nid d’aigle, dominé par un piton verdoyant qui lui donne encore plus de relief… Pendant 50 ans, des milliers d’ouvriers venant de tout le royaume ont bâti ici une cité en pierre, avec des cultures en terrasses, des fontaines, des temples à foison, et même un observatoire astronomique ! A l’effondrement de l’empire Inca, la cité fut abandonnée et oubliée pendant des siècles, et c’est un archéologue américain qui la redécouvrit en 1911. Depuis que l’Unesco a classé le site au Patrimoine mondial, en 1983, les touristes affluent du monde entier pour admirer les ruines de cette merveille. Et le miracle du Machu Picchu opère : malgré les cohortes de touristes indisciplinés, malgré la chaleur et l’altitude, rien ne peut entamer le sentiment d’émerveillement qui nous étreint pendant toute la visite, et même longtemps après…

Un atelier de tissage Quechua

Les communautés villageoises d’Umasbamba ou de Chinchero, dans la Vallée Sacrée (entre Cuzco et Ollantaytambo) enseignent l’art du tissage Quechua, avec de la laine de mouton, de lama ou d’alpaga, et des colorants naturels. Quelques pas de danse, une flûte péruvienne, et la magie s’installe ! Leur artisanat (sacs, ponchos, châles…) est superbe et bon marché. Un bel exemple de tourisme rural et solidaire.

 

Ne ratez surtout pas : La croisière sur le lac Titicaca

Pour les fabuleux paysages de l’Altiplano, et pour voir les étonnantes îles flottantes des Uros, les descendants des premiers Incas. Ces îles-radeaux sont faites avec le totora, un roseau très pratique puisqu’il sert aussi à construire les maisons, le mobilier, les bateaux… Les Uros s’en nourrissent, l’utilisent comme dentifrice, et confectionnent des objets artisanaux !

 

Pratique

Séjourner

Lima

Antigua Miraflores : hôtel de style colonial, bien situé, bon rapport qualité/prix. A partir de 95 € la ch double.

Cuzco

Novotel : en plein centre historique, dans un bâtiment datant du XVIème s., doté d’un superbe patio couvert. A partir de 125 € la ch double.

Machu Picchu

El Mapi Inkaterra (4*) : comme l’hébergement est très cher à Agua Calientes, le village situé sous le Machu Picchu, autant se faire un petit plaisir avec cet hôtel moderne utilisant des matériaux recyclés. A partir de 210 € la ch. A voir aussi le Machu Picchu Pueblo Hotel (5*), éco-lodge de charme noyé dans la végétation, mais plus cher. http://www.inkaterra.com

Tout compris

Jet Tours (0820 830 880) propose deux beaux circuits au Pérou avec vols Air France, en pension complète : un 11 j/8 nuits ne visitant pas Lima, à partir de 2149 €/p ; et un 13j/11 très complet à partir de 2989 €/p.

Voir aussi : Vacances Air Transat, Marco et Vasco, Voyageurs du monde, Nouvelles Frontières…

Infos

http://www.peru.travel/fr