Louisiane, voyage en terre connue

Que ce soit dans le quartier français de La Nouvelle-Orléans, dans les plantations le long du Mississipi, ou dans le bayou profond en pays cajun, partez à la découverte de l’Etat le plus francophile des USA !  

La louisiane

La Nouvelle-Orléans n’est pas une ville américaine comme les autres. Celle que ses habitants surnomment Nola, ou Big Easy (parce que la vie y est très « cool »), vit sur un rythme alangui, beaucoup plus caribéen que nord-américain. D’ailleurs on parle souvent de créolité ici, que ce soit pour évoquer la cuisine, ou les particularismes culturels, tels que le vaudou, le zydeco (musique traditionnelle créole) ou les défilés d’indiens emplumés du Mardi Gras… Commencez par flâner dans le quartier français, appelé ainsi pour rappeler que la ville a été fondée en 1718 par des colons venus de France. Ses immeubles aux balcons en fer forgé, portés par de fines colonnettes, ont beaucoup de charme. Certains porches mènent à de ravissants patios, témoins de l’époque où la ville, en partie détruite par un grand incendie, a été reconstruite par les Espagnols. C’est un plaisir de parcourir ces rues calmes, en toute sécurité, à pieds ou en calèche, surtout l’après-midi lorsque des musiciens de jazz, de blues ou de country se produisent dans la plupart des bars, et s’installent même sur les trottoirs. En cas de petite faim, commandez des beignets au Café du Monde, devant le Jackson square entouré de superbes maisons, et faites un tour au French Market, où vous pourrez déguster de savoureux po’boy (sandwichs aux crevettes), des huîtres gratinées, un bol de gumbo (ragoût épicé), ou du jambalaya, la paëlla créole…

Le centre de Big Easy est parcouru par 3 lignes de « streetcars » rouges ou verts, d’antiques et pittoresques tramways dans lesquels la population, assez francophile, essaie volontiers d’engager la conversation avec les touristes français. Prenez la ligne St-Charles et descendez à l’arrêt Washington, situé devant Garden District. C’est un quartier très huppé que l’on traverse pour admirer les magnifiques demeures de style Victorien devancées par des jardins tropicaux impeccables. Ne vous étonnez pas si vous trouvez des colliers suspendus aux branches d’un grand chêne ou sur des fils électriques, ce ne sont pas les bijoux égarés d’une comtesse, mais les colifichets en plastique qui sont lancés à la foule lors du Mardi Gras ! Brad Pitt et Angelina Jolie ont habité ici (maison à vendre…), et la superbe maison blanche du 2425 Coliseum St est celle de John Goodman. Cet acteur était l’un des héros de la série Treme. Les guides font souvent référence à cette série HBO, tant elle a dépeint avec fidélité l’ambiance et les coutumes de la Nouvelle Orléans. Treme est le nom d’un quartier de population noire que l’on recommande en visite guidée. En marchant sur les trottoirs déformés par les racines des gros arbres formant voûte au-dessus des rues, devant les maisons créoles défraîchies, à la fois élégantes et décadentes, vous sentirez que c’est dans ce quartier, où est né le jazz au début du siècle dernier, que se niche l’âme de la Nouvelle-Orléans.

 

La route des plantations

Nola s’est développé à l’embouchure du Mississipi, ce grand fleuve qui a contribué à l’essor de la Louisiane. A partir du 18ème siècle, ses coteaux fertiles ont été occupés par de grandes plantations esclavagistes de canne à sucre ou de coton, et leurs propriétaires y ont fait construire de somptueuses maisons de maître. Parmi celles qui sont ouvertes à la visite, Oak Alley est la plus photogénique, sa devanture rythmée de hautes colonnes apparaissant au bout d’une allée de gigantesques chênes verts. Avec leur robe à crinoline, les jeunes femmes assurant la visite font toutes penser à Scarlett O’hara ! Laura Plantation est une demeure créole colorée, et sa visite, axée sur l’histoire d’une famille sur plusieurs générations, permet de comprendre ce qu’est la créolité, et ne cache rien de la dure réalité de l’esclavage. Quant à Houmas House, c’est une grande maison de style classique grec, dont le parc soigné est planté de chênes centenaires. La visite de ses intérieurs vaut son pesant de noix de pécan (la cacahuète locale), car elle est habitée par un millionnaire excentrique fou de chiens, elle serait hantée par des fantômes, et vous serez accueillis par un vieux majordome en queue de pie s’évertuant avec dignité à s’exprimer dans un français approximatif…

Accroc’ aux crocos

Autour de Nola s’étend un vaste territoire marécageux appelé bayou (terme indien signifiant serpent). Cet étrange univers amphibie fascine par sa végétation de palétuviers et de cyprès pleurant des cordes de mousses espagnoles, ces lichens si caractéristiques du Vieux Sud américain. Dans une moiteur étouffante, on sillonne ses boyaux et ses canaux en barque ou en hydroglisseur. Plusieurs compagnies organisent des tours dans le bayou, mais chez Greenwood Gator Farm, vous serez guidé par Big Mike, un solide gaillard cajun de souche, toujours prêt à raconter dans un français rocailleux ses chasses au crocodile. Vous en verrez de très prêt, que ce soit des petits dans la nature, ou des monstrueusement gros dans leur enclos d’élevage.

Pratique

Découverte de la Louisiane en circuit privé de 9 jours /7 nuits, avec la Nouvelle Orléans, Houma, Lafayette et Bâton Rouge, à partir de 2229 €/p, incluant les petits déjeuners, 2 déjeuners et 4 dîners (avec 3 cours de cuisine cajun ou créole), la voiture de location, et le vol par Air France et Delta Airlines via Atlanta. 01 73 14 21 70 ou www.marcovasco.fr

Se loger

Bienville House : situé dans le Vieux Carré à Nola, vastes chambres de style Louisianais un peu vieille France. Patio avec piscine. Ch double à partir de 163 €. http://www.bienvillehouse.com

The Stockade, à Bâton Rouge : maison d’architecte aux chambres spacieuses, joli jardin. A partir de 154 € en B&B. http://www.thestockade.com

Bonnes tables

A Nola : Chez Arnaud (assez chic, avec musique live), Tableau (pour son BBQ crevettes) ; à Houma, Christiano’s (Italien créolisé) ; à Lafayette au Prejean’s (plats et musique cajun); et au restaurant de la Houmas House (jeune chef très talentueux).

Où écouter du jazz ?

A Nola, la plupart des clubs à la programmation de qualité se trouvent sur deux rues : Bourbon St (Préservation Hall, Fritzel’s) et Frenchmen St (Snug Harbor, Spotted Cat).

A emporter avec soi

« La Nuit la Plus Longue » de James Lee Burke, ed. Rivages/Noir ; « Le Dernier Arbre » de Tim Gautreaux, ed. Seuil ; « La Nouvelle-Orléans », Lonely Planet. + anti-moustiques, chapeau et crème solaire !

Se renseigner

OT de la Nouvelle-Orléans / Louisiane : 01 44 77 87 00 ou  www.louisiane-tourisme.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s