Sri Lanka, fémininement vôtre

Un subtil dosage entre découverte culturel et séjour balnéaire, un climat chaud qui attise la sensualité, la connaissance et la maîtrise du thé, les bienfaits de la médecine ayurvédique… Cette île tout en douceur et en langueur a tout pour séduire un large public, et particulièrement les femmes !

DSC_0056

« Ayubowan ! » La jeune fille aux cheveux de jais, irradiante de beauté, qui marche le long de la route, nous salue ainsi, et tient à nous offrir les fleurs de nénuphars qu’elle s’apprêtait à déposer au temple. Ce mot, signifiant bienvenue, qui s’accompagne d’un large sourire, avec les mains jointes en signe de paix, vient du fond des âges, du fond des âmes, et exprime toute la séculaire hospitalité des habitants de cette île posée au sud de l’Inde.

DSC_0032_1

Après avoir quitté Colombo (trop de monde, trop de circulation, trop de pollution), vous rejoindrez le Triangle Culturel, qui est à la fois le centre géographique et historique du Sri Lanka. Encadré par Anuradhapura, Polonnaruwa et Kandy, vous y trouverez la plupart des sites et monuments qui témoignent de la splendeur des civilisations qui s’y sont succédées pendant 25 siècles. En chemin, l’arrêt à l’orphelinat des éléphants de Pinnawela est incontournable. Il est vrai que le spectacle de ces pachydermes débonnaires faisant trempette dans la rivière, sous l’œil vigilant et la pique alerte de leurs cornacs, est vraiment plaisant. Après le bain, vous verrez des éléphanteaux orphelins avaler les bouteilles de lait comme des biberons. Touchant ! Mais il faut savoir que ces soins ne sont pas désintéressés, car ces éléphants devront un jour travailler pour l’homme, comme bête de trait, ou dans les cérémonies religieuses.

 

La religion, bouddhiste en majorité, tient une place considérable dans la vie des Sri Lankais. A Anuradhapura, les processions et les fêtes sont particulièrement fastes, surtout pendant la pleine lune. Le site est immense et regroupe de nombreux monuments entre lesquels circule une foule de croyants revêtus de blanc, au milieu de laquelle se remarquent les robes safran des bonzes au crâne rasé. Prosternés devant un arbre sacré, l’un des plus vieux du monde dit-on, de vieilles femmes psalmodient des prières, des hommes de tous âges méditent les yeux clos, même les enfants prient avec ferveur, et chacun va déposer des fleurs sur les autels, allumer des baguettes d’encens ou de petites coupelles d’huile. Parmi les nombreux dagobas (monument reliquaire) du site, celui de Ruvanvelisaya est le plus impressionnant : imaginez un immense dôme blanc immaculé de 90 m de haut, surmonté d’une coupole plaqué or, autour duquel tournent sans arrêt des centaines de fidèles pieds nus. Oui, c’est l’une des contraintes pour visiter les sites religieux, il faut se déchausser, être tête nue, et parfois ne pas découvrir ses jambes (on vous prêtera ou louera un sarong au besoin). Raison de plus pour ne pas se priver d’acheter un châle en Cachemire ou un sari en soie au marché de Kandy, par exemple, où les tissus sont très abordables. Savoir mettre un sari est une autre histoire, mais n’importe quelle femme rencontrée dans la rue ou à votre hôtel, se fera un plaisir de vous aider à plier cette longue pièce de tissu, qui devient comme par magie une parure conférant grâce et élégance à celle qui le porte. Surtout si elle est rehaussée de l’éclat de quelque saphir, rubis, topaze ou aigue-marine, dont le Sri Lanka est un grand producteur ! Kandy a un charme indéniable, dû sans doute à son lac serti dans un écrin de verdure. Un autre site magique est le rocher de Sigiriya, un gigantesque monolithe rouge planté dans la jungle, sur lequel un roi a construit un palais-forteresse inexpugnable… Si les abeilles géantes vous laissent monter, et si vous en avez le courage (200 m, c’est haut !), vous aurez le privilège d’admirer les Demoiselles, extraordinaires fresques impudiques miraculeusement conservées après plus de quinze siècles, et de jouir au sommet d’un panorama imprenable !

 

A partir de Kandy, la route qui mène à Nuwara-Eliya, situé à 1900 m d’altitude, est un enchantement. La végétation équatoriale, luxuriante et généreuse, comble les yeux et le palais de ses bienfaits, car elle remplit les étals des marchands de délicieux fruits exotiques (papayes, ramboutans, mangoustans…). Mais la plante dominante, ici, c’est le thé. Toutes les collines sont recouvertes de ces rangées de petits arbustes feuillus qui forment comme un velours côtelé d’un vert tendre et lumineux. L’essentiel de la main d’œuvre est constitué d’équipes de femmes tamoules, cueillant à la main les feuilles de thé, et portant sur leur dos la lourde hotte de leur récolte. Certaines factories (usines de thé) se visitent, et il est passionnant de voir toutes les étapes de traitement des feuilles de thé. On y apprend que la qualité du thé est proportionnelle à l’altitude où il est cueilli, et que le thé « réduit le cholestérol, rajeunit la peau, évite les caries, et diminue les risques de cancer »… On comprend pourquoi les Sri Lankais en boivent autant ! Le thé n’est pas la seule plante bénéfique du pays. Il suffit de visiter l’un des jardins d’épices qui se succèdent sur la route de Sigiriya à Kandy pour s’en persuader. A en croire le guide, toutes les plantes peuvent être utilisées dans la pharmacopée traditionnelle ! Vous trouverez dans leur boutique, un sirop amaigrissant aux herbes composé selon une ancienne formule d’ayurveda, cette médecine millénaire d’origine indienne. Des traitements ayurvédiques sont d’ailleurs proposés dans la plupart des grands hôtels, et il faut reconnaître que les services proposés, massages aux huiles essentielles, bains aux essences florales, réflexologie (massage des pieds), apportent du bien être et contribuent, sinon à la guérison de ses maux, du moins à la relaxation de son corps.

Que dire d’autre du Sri Lanka ? Lorsque vous saurez que la côte sud-ouest, entre Colombo et Galle, recèle des kilomètres de plage de sable fin, bordés bien sûr de cocotiers royaux (ceux qui produisent ces petites noix de coco orange gorgées d’une eau sucrée désaltérante), et qu’on y mange divinement bien, vous aurez compris que c’est une destination qui a de nombreux atouts, et qui promet des vacances de rêve…

La théière du monde

Qui ne connaît le thé de Ceylan ? Leader de l’exportation mondiale de thé, le Sri Lanka est la théière du monde après avoir été celle des Indes. Dans le centre montagneux de l’île, les plantations de thé s’étagent à perte de vue, jusqu’à se perdre dans les nuages, à plus de 2000 m d’altitude. C’est d’ailleurs à ces hauteurs que l’on récolte le meilleur thé, celui obtenu en ne récoltant que les bourgeons duveteux dorés ou argentés, qui donnent son arôme subtil à l’Orange Pekoe, la « Rolls » des thés de Ceylan. Achetez votre thé après avoir visité une factory : vous aurez les explications sur les différentes sortes de thé et la manière de le préparer.

Epices et délices

La cuisine locale semble se résumer à un unique plat : le riz au curry. Mais en jouant sur les combinaisons d’épices (safran, coriandre, muscade, girofle, cumin, poivre…), les différentes sortes de piment, l’ail et l’oignon, et en ajoutant parfois de la noix de coco aux sauces, on obtient toutes sortes de plats accommodant viandes, légumes, poissons, coquillages et crustacés, qui font d’abord le délice des yeux avant celui du palais. Si le repas est servi à la sri-lankaise, les currys seront servis sur une feuille de bananier, avec une généreuse portion de riz (blanc ou rouge, une variété locale), et il faut manger avec les doigts. C’est le petit dernier qui va être content ! Les fruits sont les meilleurs des desserts : délicieuses petites bananes si parfumées, ananas au goût de miel, mangues suaves et fondantes comme des pêches, ou la papaye arrosée d’un filet de citron vert, un pur régal aux propriétés digestives…

 

Pratique

Y aller : Qatar Airways relie Paris à Colombo en 13h30 avec une escale à Doha, à partir de 750 €.

Forfait : Plusieurs voyagistes proposent des circuits individuels en voiture avec chauffeur : Asia, Marco & Vasco, Jet Tours, Sri Lanka sur mesure…

Coups de cœur :

  • The Tea Factory, à Nuwara Eliya : une usine de thé reconvertie en hôtel ! Un charme fou, un excellent restaurant, un cadre exceptionnel au milieu des champs de thé.
  • Culture Club, à Kandalama : sérénité et confort dans ces éco-lodges construits en matériau local, centre ayurvédique zen très raffiné.
  • Bentota Beach Hotel, à Bentota : un resort avec cocoteraie situé entre une superbe plage et un lagon. Mariages traditionnels sur la plage et lunes de miel romantiques…

Décalage horaire : + 5 h en hiver, + 4 h en été

Climat : Chaud et humide toute l’année (t° de l’eau : 27 °C). Meilleure saison : de décembre à avril.

Pour en savoir plus : http://www.srilanka.travel.fr

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s