Un circuit en Sarthe

Des rives du Loir aux Alpes mancelles, en passant par Le Mans, voici un itinéraire au pays des rillettes et des bonnes volailles, à faire en famille, alternant découvertes culturelles et plaisirs gastronomiques.

MAYENNE Sainte-Suzanne

 

Qu’il est agréable de pouvoir stationner dans une grande ville, gratuitement, à proximité immédiate du centre ! Pour Le Mans, c’est au pied de l’enceinte romaine la mieux conservée d’Europe (avec Rome et Constantinople, excusez du peu), et à quelques volées d’escaliers de la Cité Plantagenêt, le joyau de la ville, un secteur médiéval incroyablement bien conservé. Un quartier entier de ruelles pavées habitées de maisons à pans de bois et d’hôtels Renaissance, recréant si parfaitement l’ambiance du Moyen Âge que de nombreux films historiques y ont été tournés : Cyrano de Bergerac, Le Bossu, Molière… Passez d’abord dans une annexe de l’office du tourisme, située dans une superbe maison à pans de bois, dite du Pilier Rouge (au 41 Grand’ Rue). On vous remettra des documents propres à faciliter votre visite. En plus des circuits de visite classiques, vous pourrez aiguiser votre perspicacité en répondant aux questions d’une chasse au trésor qui vous fera voir la cité d’un autre œil. C’est comme la cathédrale St-Julien, l’une des plus belles de France, qui veille depuis des siècles sur la Cité : on la trouve déjà belle quand on la visite seul, mais avec un guide, elle devient fabuleuse ! Après avoir rappelé le contraste existant entre l’élégance gothique du chœur (le monde du verre) et l’austère solidité romane de la nef (le monde de la pierre), il nous a montré les erreurs de chantier de l’époque, et nous a aidé à « lire » les vitraux de cette « cathédrale de lumière ». Même sans guide, n’oubliez pas de passer derrière le chœur pour aller admirer les peintures de la chapelle de la Vierge : sur les voûtes, planent des anges musiciens jouant d’instruments médiévaux… La visite de ce quartier si attachant peut être complétée par le musée archéologique du Carré Plantagenêt, qui conte l’histoire de la ville et des environs, depuis l’époque préhistorique jusqu’au 15ème siècle. Après avoir beaucoup entendu parler de Bérengère de Navarre, reine d’Angleterre mariée à Richard Cœur de Lion, vous pourrez voir son gisant dans l’abbaye de l’Epau, qu’elle a fondée en 1229 après la mort du roi. Située à Yvré-l’Evêque, à l’Est du Mans, cette abbaye cistercienne, dont le cloître a disparu, est un peu vide. Mais elle est située à l’orée d’un magnifique espace naturel, l’Arche de la Nature, dans lequel vous ferez de très jolies balades. A pieds ou à vélo, parcourez cette grande forêt percée de clairières et de plans d’eau, bien aménagée, à la découverte, par exemple, des arbres remarquables répertoriés, ou bien des animaux de la Ferme de la Prairie. Retour au point de départ en longeant les bords de l’Huisne, rivière très poissonneuse si l’on en juge par la présence de nombreux pêcheurs.

 

Le Loir, pas la Loire

Avant d’atteindre les bords du Loir, arrêtez-vous au Jardin du Petit Bordeaux, à Biez-en-Belin (à l’ouest d’Ecommoy) : c’est un jardin privé de style anglais, qui rassemble une collection de 3800 plantes du monde entier. C’est toute la science et le talent de Michel Berrou d’avoir su mettre en scène les massifs et les arbustes comme autant de tableaux impressionnistes variant de couleurs et de formes au gré des saisons et des heures de la journée. Ce jardin méconnu, isolé dans la forêt sarthoise, est évidemment classé jardin remarquable de France. La forêt de Bercé est toute proche, c’est l’une des plus belles chênaies de France, et Carnuta, la Maison de l’Homme et de la Forêt, à Jupilles, permet de mieux la connaître avant de s’y aventurer. En effet, l’exposition met en scène, de façon moderne et ludique, tous les aspects naturels et humains liés à la forêt de Bercé. Les sens sont en éveil, et l’on a parfois l’impression de se promener au milieu de chênes centenaires… Le chêne Boppe, lui, un vénérable ancêtre né sous Louis XIV, a trépassé, mais on admire une coupe de son énorme tronc, sur lequel sont notées quelques dates historiques. Une fois sur les bords du Loir, suivez-le vers l’est, vers Vendôme. Arrêtez-vous à Lavardin, classé dans les Plus Beaux Villages de France. Il est vrai que ce village a beaucoup de caractère, et que les ruines de sa forteresse, bâtie sur un promontoire rocheux à 45 m au-dessus du Loir, a fière allure… Si la forteresse n’est pas ouverte, vous ne serez pas venus pour rien, car l’église romane attenante vaut le détour pour ses admirables peintures murales. Mais ce n’est encore rien comparé aux fresques peintes de la chapelle St-Gilles de Montoire, de l’autre côté du Loir. Demandez les clefs de cette modeste chapelle au Café de la Paix ou à l’office du tourisme. Une fois sur place, il est émouvant de contempler, comme le poète Ronsard qui en a été le prieur, ces chef-d’œuvres de la peinture romane, étonnamment bien conservées.

 

 

Ne dites plus « c’est trop beau », mais plutôt « c’est beau, Troô » ! Ce petit village troglodytique fortifié construit sur une butte a un charme fou. Il faut stationner en bas et le visiter en montant : le panorama depuis le sommet, au-dessus de la collégiale, en vaut la peine ! Chemin faisant, vous aurez vu la grotte pétrifiante, le Puits qui Parle, et vous aurez peut-être la chance de croiser un habitant qui acceptera de vous montrer son logis creusé dans la roche. Ou sa cave ! Car sur les coteaux du Loir s’étend non loin d’ici un vignoble peu connu, mais donnant un excellent vin blanc, le Jasnières. Pour les amateurs, rendez-vous à La Chartre-sur-le-Loir, au domaine de la Charrière, chez Joël Gigou (02 43 44 48 72). Ce sympathique viticulteur se fera un plaisir, sur RDV, de vous faire visiter ses caves creusées dans le tuffeau, en vous expliquant sa démarche bio, et en vous faisant déguster ses crus de Jasnières, vin très minéral à boire avec du fromage de chèvre ou du poisson. A Vouvray, pas de méprise, vous ne trouverez pas de cave où déguster le vin du même nom, qui se produit au bord de la Loire. « Tout le monde fait la même erreur ! » s’amuse André Clément, propriétaire du moulin de Pousset. André s’est passionné pour ce moulin à grain des années 30, en activité jusqu’en 1975, qu’il entretient amoureusement. « Et tout tourne encore ! » assure-t-il fièrement en actionnant une machine à nettoyer les grains, suspendue sur de fines lattes de bois… Si le bonhomme vous a « à la bonne », il vous montrera aussi son musée de la projection. Dans une salle de cinéma à l’ancienne, vous découvrirez une collection unique d’appareils de projection, de la plus rudimentaire 8 mm analogique aux grosses machines numériques récentes. Passionnant ! En passant par Vaas (où il y a aussi un beau moulin qui se visite, le moulin de Rotrou), dirigez-vous vers Le Lude, pour visiter son château. C’est une ancienne forteresse médiévale qui s’est embellie à la Renaissance, puis au 18ème siècle. D’ailleurs ses quatre façades témoignent des différentes époques de construction, la façade Renaissance faisant assez « Chambord »… Mais le plus intéressant se trouve à l’intérieur, puisque ce château est meublé et habité. En plus de toutes les merveilles qu’on s’attend à voir dans un château (meubles gothiques, dorures, plafond à caissons peints, cheminées monumentales…), sont éparpillées des traces de vie des châtelains : portraits, photos, arbres généalogiques… Si vous faites la dernière visite du matin, vous verrez, dans la salle à manger aux immenses tapisseries d’Italie, leur table déjà dressée ! Puis, flânez dans les jardins à la française, et descendez jusqu’au bord du Loir, le long du boulingrin, c’est une balade très agréable.

 

Fort en boule ou boule de fort ?

Prochaine étape, La Flèche, toujours au bord du Loir (aire de service gratuite au port Luneau). Bien que la ville soit surtout connue pour son prytanée militaire, nous vous convions ici à visiter un zoo, à faire du canoë et à s’initier à un jeu de boules. A moins que vous ne soyez allergiques aux zoos, celui de La Flèche est incontournable. C’est l’un des plus grands de France, il propose de nombreuses attractions (spectacle d’otaries, rapaces…), et vous y verrez certains animaux rares (loups blancs), dans de bonnes conditions. A la base de canoë-kayak des Pouliers (02 43 45 98 10), vous pourrez louer un canoë ou vous initier à la pratique du kayak avec un moniteur diplômé. C’est la meilleure façon de découvrir les berges sauvages du Loir, sa faune et sa flore, car le parcours est tranquille, sans rapides. Juste une ou deux passes à écluse à franchir, pour le fun… Vous préférez une activité moins sportive, plus calme, vraiment plus calme ? La boule de fort est faite pour vous : c’est simple, pour y jouer, il faut enfiler des charentaises ! Pour ne pas abîmer le revêtement de ce boulodrome incurvé si particulier, où l’on fait rouler tout doucement une boule dissymétrique. Rdv les lundi, mercredi et vendredi à 14 h à l’Amicale du Bas-Rhin (26 bis av du Gal Leclerc à La Flèche), l’une des 400 sociétés de boule de fort de l’Ouest de la France. Vous pourrez y admirer les « pros » qui savent trouver l’angle et la force justes afin que la boule se rapproche du cochonnet en zigzagant, avec une lenteur et une précision étonnantes… Il ne faut pas être pressé : une partie dure environ 2h30 ! Pour 2 €/p, on pourra même vous initier (le matin, sur réservation au 02 43 94 32 74).

 

Rejoignez maintenant la Sarthe à Malicorne, justement renommée pour sa tradition céramique et sa production de faïence. Commencez par faire la visite très instructive proposée par la Faïencerie d’Art (rue Bernard Palissy, 02 43 94 81 18), un atelier artisanal qui est l’un des seuls à préparer sa terre sur place. Vous suivrez toutes les étapes : moulage, estampage, fabrication de l’émail, ajourage (la spécialité de Malicorne), cuisson, peinture à la main… Cet atelier produit déjà de belles faïences, mais lorsque vous passerez au musée (Malicorne Espace Faïence), vous découvrirez des collections inestimables et serez subjugués par la variété et la richesse des formes et des décors de ces œuvres d’art… En suivant la Sarthe, rejoignez Asnières-sur-Vègre. C’est une Petite Cité de Caractère aux vestiges médiévaux, qui vaut surtout pour son église St-Hilaire, dont les fresques du 12ème siècle comportent des scènes incroyables de l’Enfer avec le cerbère et le léviathan punissant les pécheurs pour leur avarice ou leur luxure… En haut du village, faite un saut chez Philippe et Khady Grandry (02 43 92 52 35) pour admirer leur jardin écologique. Il est merveilleux par sa forme et par ses plantes, et on y apprend plein de choses sur le jardinage bio, en plus de s’y sentir bien.

A partir de là, vous pouvez revenir vers Le Mans en passant par Loué, le pays des bonnes volailles. Mais nous ne saurions trop vous conseiller de continuer vers le nord du département, pour rejoindre une région superbe, très verte et vallonnée, les « Alpes mancelles ». Arrêtez-vous d’abord à Fresnay-sur-Sarthe pour visiter le musée médiéval installé dans la monumentale porte du château, puis flânez dans les ruelles pleines de charme de cette cité de caractère. Puis faites étape à St-Léonard-des-Bois, joliment lové dans une boucle de la Sarthe. Plusieurs circuits pédestres balisés, de 2 à 5 h de marche, permettent d’accéder, en longeant la Sarthe et en remontant de vallons boisés, à des sommets offrant de superbes vues panoramiques. Attention, ça grimpe dur ! Mais la plus belle vue, vous l’aurez depuis l’église de St-Céneri-le-Gérei, adorable petit village aux maisons construites en grès roussard. Perchée sur un piton rocheux, elle offre un panorama sublime sur le village, sur le moulin, et sur le vieux pont construit sur la Sarthe, tout en bas, qui sert de frontière entre les départements de la Sarthe, de l’Orne et de la Mayenne.

 

Adresses gourmandes

  • Le Jardin Gourmand, lieu-dit Papéa, à Yvré-l’Evêque : juste à côté d’un petit parc d’attraction, bon rapport qualité/prix. Tél : 02 43 89 60 20
  • La Petite Auberge, 5 pl Duglesclin, à Malicorne : cuisine de terroir, terrasse au-dessus de la Sarthe. Tél : 02 43 94 80 52
  • L’Auberge des Acacias, à Dureil : le chef concocte des plats sophistiqués, dans lesquels il adore intégrer des herbes et des plantes du jardin. Une belle expérience ! Tel. 02 43 95 34 03
  • Le Moulin des 4 Saisons, rue Gallieni, à La Flèche : littéralement entouré par le Loir, superbe adresse proposant une cuisine gastronomique à prix raisonnable. Incroyable carte des vins !
  • Ricordeau, 11 rue de la Libération, à Loué : une table réputé, un excellent chef, un cadre agréable, pourquoi s’en priver ? Tél : 02 43 88 40 03

Se renseigner

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s