La vallée d’Ossau

Cette vallée béarnaise a tout pour plaire : une tradition pastorale intacte, des villages  accueillants, et des paysages fabuleux à découvrir en randonnant dans le Parc National des Pyrénées. 

 

Vallée d'OssauVallée vers le Pic du Midi d'Ossau
Vallée d’Ossau Vallée vers le Pic du Midi d’Ossau

Tel le nez de Cyrano, le Pic du Midi d’Ossau se détache nettement de la dentelle mauve habillant l’horizon. Nous sommes à Pau, sur le Boulevard des Pyrénées, où s’ouvre un somptueux panorama sur la chaîne pyrénéenne. Mais il ne faut pas se contenter d’admirer « la plus belle vue de la terre » selon Lamartine, qui exagérait un peu. Car s’il s’était rapproché des montagnes en remontant la vallée d’Ossau, il aurait réservé ses superlatifs aux paysages que l’on découvre au pied du Pic ou autour des lacs d’altitude. Plutôt que de foncer sur l’excellente route qui mène en une heure au col du Pourtalet, à la frontière avec l’Espagne, prenez le temps de vous arrêter dans les villages pleins de charme de la vallée, qui content l’histoire du pastoralisme. Car l’élevage extensif de vaches et de brebis est une activité ancestrale toujours vivace, qui est fêtée chaque année lors de la transhumance. Début juillet et mi-septembre, les bergers montent et descendent leurs troupeaux des hauts pâturages, à pied, et non en camion, comme cela se pratique ailleurs. Les Ossalois sont fiers des coutumes de leur vallée, et sortent à cette occasion les costumes folkloriques, les flûtes et les tambourins. Mais qu’importe si vous n’avez pas la chance d’assister au passage des troupeaux, la vie pastorale est présente partout, à travers les fromages de brebis qu’on achète au saloir, les cloches exposées devant les maisons, et le béret, symbole du berger pyrénéen…

La Falaise aux vautours

La vallée ne commence vraiment qu’à Arudy, où c’est une bonne introduction de visiter la Maison d’Ossau, qui regroupe sur plusieurs étages des expositions sur la géologie, la faune, la flore et l’archéologie du Parc National des Pyrénées. Ainsi alléché, on a hâte de rentrer dans le Parc pour voir toutes ces merveilles. Depuis la D934, qui longe le gave (rivière) d’Ossau, on aperçoit le château de Castet, forteresse médiévale juchée sur une butte, qui défendait la vallée des envahisseurs. Un peu plus loin, Bielle est un village typique de la vallée. On y remarque des fours à pain, de larges portails en bois pour laisser passer le bétail, et des maisons du 15 et 16ème siècle, aux fenêtres à meneaux, et aux linteaux sculptés de coquilles, Bielle étant une étape du chemin de St-Jacques de Compostelle. Au niveau de Gère-Bélesten, arrêtez-vous à la fromagerie Pardou. Sa cave d’affinage se visite… dans un ancien tunnel ferroviaire ! Les bergers de la vallée y déposent les fromages qu’ils ont fabriqués dans leur cuyala (cabane) durant l’été. On repart avec une meule dans la glacière, et la ferme intention d’aller à la rencontre de ces bergers, là-haut, dans la montagne. Mais ce serait dommage de partir de la basse-vallée sans visiter la Falaise aux Vautours, à Aste-Béon. C’est un centre d’observation de ces grands rapaces qui nichent sur une falaise proche. Même si rien ne vous attire chez ces charognards, vous trouverez passionnant de suivre sur grand écran, grâce à un système de mini-caméras fixées sur la falaise, la vie dans les nids de ces grands oiseaux, expliquée en direct par un ornithologue qui télécommande les caméras.

Le petit train d’Artouste

A quelques battements d’ailes de vautour fauve, Laruns est le cœur de la vallée, étape idéale à partir de laquelle on peut organiser ses excursions. L’Office de Tourisme vous y aidera, et vous testerez du même coup une exposition ludique sur la vallée d’Ossau, suscitant les cinq sens. Mise en pratique immédiate au marché du samedi matin. Vous humerez, toucherez, goûterez et dévorerez des yeux les spécialités du terroir, fromages, charcuterie de montagne, miel et vins… Quant à l’ouïe, vous pourrez bientôt l’exercer en montagne, en écoutant le frais murmure des torrents, les sonnailles lointaines d’un troupeau, ou les cris stridents et brefs des marmottes. Reprenons la route qui monte à l’assaut des Pyrénées. A Gabas, nous sommes en haute-vallée, à plus de 1000 m d’altitude. Le Pic du Midi d’Ossau est là, en face, nous dominant encore de près de 2000 m. Retardons encore son approche pour prendre le petit train touristique d’Artouste. C’est l’une des plus hautes voies ferrées d’Europe, qui a servi en 1925 à amener hommes et matériel pour construire le barrage d’Artouste. Du lac de Fabrèges, une télécabine monte au départ des trains, à 2000 m d’altitude. Reconvertie pour transporter des vacanciers, la ligne, creusée dans le roc, suit un tracé vertigineux en corniche au-dessus de la profonde et belle vallée du Soussouéou. Panoramas superbes, vues plongeantes, et frissons garantis ! Astuce : choisir les wagons de queue, pour éviter les escarbilles et la fumée du diesel… Au terminus, il faut grimper quelques marches pour arriver au niveau du lac d’Artouste, enchâssé dans un cirque granitique sauvage. On peut pêcher ou se baigner, mais les eaux sont glaciales et profondes, et il vaut mieux se hisser sur une butte, sortir le fromage et le saucisson et profiter du soleil et du silence pour faire une petite sieste.

La légende de Jean-Pierre

De retour à Fabrèges, montons les derniers kilomètres qui mènent au col du Pourtalet. A la cabane du Caillou de Soques, nous entrons enfin dans le Parc National, dont l’emblème est une tête d’isard, ce chamois des Pyrénées. Lorsque l’on randonne, il est fréquent de le voir en hardes dévaler des éboulis. Par contre, n’espérez pas rencontrer d’ours, bien que « Ossau » signifie ours. D’ailleurs, si cela arrivait, cela ne serait pas forcément une chance… Les plus perspicaces remarqueront ses traces, les autres se contenteront de voir l’empreinte de sa patte sur les fromages AOC d’Ossau-Iraty. Une balade très agréable consiste justement à faire le tour des cuyalas, réparties dans l’immense cirque d’Anéou, haut-lieu du pastoralisme pyrénéen, situé sous le col du Pourtalet. Vous assisterez à la traite des brebis, à l’élaboration du fromage, et s’il a le temps, le berger vous contera peut-être pourquoi le Pic est surnommé « Jean-Pierre » dans la vallée… Sinon, voici la légende : Jean et Pierre étaient deux frères jumeaux, bergers des montagnes d’Ossau, chargés d’empêcher l’intrusion des barbares. Un jour, une sorcière précipite les deux frères dans son antre souterraine, alors qu’en surface les barbares anéantissent bêtes et gens. Mais bientôt Jean et Pierre jaillissent du volcan – le pic du Midi d’Ossau est réellement le vestige d’un ancien volcan ! – embrochant de leurs « épées de feu » jusqu’au dernier des envahisseurs. La sorcière a pétrifié les jumeaux pour immortaliser leur exploit, figeant côte à côte Grand Pic et Petit Pic d’Ossau pour l’éternité…

Les superbes lacs d’Ayous

Mais la promenade reine du Parc National, accessible à tout marcheur bien chaussé, part du lac de Bious-Artigues (1422 m). A partir du parking du refuge, le GR-10 s’élève d’abord dans un sous-bois d’épineux, puis serpente à découvert, le long du gave de Bious. Celui-ci forme de petits lacs au milieu des vertes prairies d’estive, sur lesquelles broutent en liberté des chevaux et des Blondes d’Aquitaine. Si vous êtes accompagnés d’un guide, il ne manquera pas de vous montrer des gentianes, des lis des Pyrénées, et mêmes quelques petites plantes carnivores, les « grassettes ». Puis on arrive aux lacs d’Ayous, perles lapis-lazuli serties dans une cuvette glaciaire, que l’on bénit doublement, d’être si beaux, et de si bien rafraîchir les pieds. Encore un effort pour grimper au refuge d’Ayous (1970 m). Juste récompense, sa terrasse offre l’une des plus belles vues des Pyrénées. Qu’aurait dit Lamartine en découvrant le Pic du Midi d’Ossau se dédoubler, l’un perforant l’azur, l’autre plongeant dans les eaux du lac d’Ayous ?


Pratique

Se loger et se restaurer

  • Les Bains de Secours, à Sévignacq : petit hôtel de charme à la table réputée, située juste à côté d’une micro-station thermale.
  • La Ferme de Listo: dans un hameau isolé à flanc de montagne, vente de produits fermiers et petite buvette servant de savoureux sandwichs au fromage de chèvre.
  • L’Arregalet, à Laruns : gastronomie traditionnelle de terroir : garbure, poule au pot…
  • Au Pic du Midi, à Gabas : café-restaurant familial servant une cuisine de terroir savoureuse et copieuse. Demander à voir le saloir familial.

Evénements :

  • début juillet : transhumance en vallée d’Ossau
  • 15 août : fêtes traditionnelles de Laruns
  • début octobre : foire aux fromages de Laruns

Se renseigner

http://bearn-pyrenees.tourisme64.com/

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s